Outils pour les écrivains

Écrire un livre

Il existe beaucoup d'outils qui permettent de rédiger un livre. La majorité des écrivains, pourtant, rédigent leur fiction ou non-fiction avec un traitement de texte.

Un bon outil pour écrire doit pourtant remplir un certain nombre de fonctions.

  • Permettre d'être concentré sur l'écriture de son texte.
  • Permettre de réorganiser ses parties et chapitres facilement.
  • Permettre de manipuler ses notes et ses sources simplement.
  • Gérer une bibliographie.
  • Faciliter l'organisation du travail.
  • Faciliter la mise en forme.
  • Faciliter l'exportation dans différents formats.
  • Garantir la pérennité de mes écrits.

Les outils

Nous avons trois catégories d'outils qui permettent l'écriture d'un livre.

  • Le traitement de texte.
  • Les logiciels conçus pour l'écriture.
  • Les éditeurs de texte.

Le traitement de texte

C'est l'outil que nous avons appris à utiliser dès notre plus jeune âge, celui qui nous est familier. Pourtant, beaucoup de personnes n'en connaissent pas les fonctions avancées. Ils ne savent pas faire une table des matières, gérer des notes de bas de page ou construire une bibliographie. Derrière une impression de facilité, on se rend compte que leur maîtrise est bien plus complexe.

On peut passer des heures à mettre en forme un texte rédigé dans un traitement de texte pour qu'il devienne présentable. Pourtant, ensuite, à la moindre modification ou correction, on est souvent obligé de refaire une partie du processus.

Ce type de logiciel ne remplit à peu près aucune des fonctions que j'ai évoquées plus haut. L'écriture est forcément linéaire, la réorganisation est complexe, la gestion des sources se fait via des logiciels tiers et la mise en forme peut changer d'une version de logiciel à une autre.

Traitement de texte

Quant à la pérennité des écrits, elle est exclue sauf à utiliser une version libre aux formats ouverts telle que LibreOffice. Avec une suite bureautique, l'ensemble des rapports de stages, des mémoires, lettres et autres livres que vous effectuez ne seront probablement plus lisibles dans quelques dizaines d'années. Si vous avez pu relire les témoignages que vos grands parents écivaient sur des cahiers, vos petits enfants ne liront probablement pas vos écrits numériques.

Pour la partie mise en page, il est courant de faire appel à des logiciels de PAO qui autorisent une mise en page plus fine que le traitement de texte. Cependant, pour un travail de qualité, il faut être un excellent « metteur en pages » aussi bien d'un point de vue artistique que technique. Écrire est un métier, la typographie en est un autre.

Les logiciels spécifiques

Il existe une multitude d'outils libres ou privateurs imaginés pour les écrivains. Je ne les connais pas tous et pas de manière détaillée mais je vais en citer quelques uns.

Tous ces logiciels remplissent l'ensemble des fonctions que nous avons citées. Le choix final se portera sur des fonctions précises que l'un ou l'autre possède, de leur caractère libre ou non et de leur prix. Je vous invite à suivre les liens pour faire votre choix.

La particularité par rapport à un traitement de texte réside dans le fait que l'on puisse écrire de façon non linéaire. Ceci est utile pour la non fiction où les chapitres ne sont pas toujours traités dans l'ordre final du livre. En outre on gère plus facilement ses ressources ainsi que les notes comme par exemple celles sur les personnages ou les lieux.

Scrivener

Pour l'écriture à proprement parler, je trouve par contre que les interfaces sont chargées et ne donnent pas suffisamment de focus sur l'écriture en elle-même. Ces logiciels regorgent de fonctionnalités et il faudra un certain temps d'apprentissage pour les maîtriser et adapter votre méthode de fonctionnement à la logique du logiciel.

N'hésitez pas à les tester tous pour trouver votre bonheur et ne vous fiez pas uniquement à l'esthétique ou à la première impression. Écrire un livre est en soi un gros investissement personnel et choisir le bon outil vous aidera énormément.

Les éditeurs de texte

Un éditeur de texte est un outil utilisé essentiellement par les informaticiens pour écrire des lignes de code. Cela peut paraître étonnant de conseiller ce type de logiciel pour écrire un livre et pourtant…

Les informaticiens passent des heures à coder devant leur écran. Ils détestent refaire plusieurs fois les mêmes choses et ont tendance à automatiser le plus possible. Quand ils choisissent un éditeur de texte, c'est pour la vie et ils veulent tout exécuter pour un moindre effort (même le café)1.

Vous l'avez compris, les éditeurs de textes sont puissants, configurables à volonté et se concentrent sur l'essentiel. Derrière leur aspect rustre, ils sont, de mon point de vue, les meilleurs outils pour écrire du texte car c'est pour ça qu'ils ont été créés.

Il existe de nombreux éditeurs de textes et la passion des informaticiens pour leur bébé fait que chacun défendra bec et ongles sont éditeur favori.

Je vous citerai trois éditeurs et vous parlerai de celui que j'ai choisi. Je vous laisse trouver des ressources pour les deux autres.

Les deux premiers sont les historiques du monde Unix. On ne compte plus le nombre de Trolls sur ces deux éditeurs ! Le troisième est très à la mode en ce moment et a le mérite d'être élégant et fonctionnel.

L'éditeur de texte de mon choix pour sa souplesse et sa polyvalence est Emacs.

Emacs

Quand je parlais de pérennité, il faut savoir que Emacs a commencé son développement en 1976 et que la dernière version est sortie il y a une semaine.

Avec ce logiciel, vous avez de nombreuses fonctions utiles :

  • Votre texte est en simple texte brut (lisible dans tous les logiciels).
  • Balisage léger pour faciliter l'édition.
  • Les déplacements se font soit par lettre, par mot, par phrase, par paragraphe…
  • Les lignes ou les parties se déplacent à la volée.
  • Vous avez des statistiques sur les répétitions, un compteur de lignes et de mots.
  • Il existe plusieurs modes focus pour vous concentrer sur vos écrits.
  • Vous pouvez noter des idées à la volée sans sortir de votre texte et les retrouver plus tard.
  • Il existe un agenda qui permet de gérer toutes les tâches et les rendez-vous.
  • Vous avez un correcteur orthographique avec détecteur de langue.
  • Vous avez l'autocomplétion et la gestion d'alias.
  • Gestion de la table des matières et des notes de bas de page automatiques.
  • Vous pouvez exporter votre travail dans une multitude de formats (epub, html, pdf, odt, docx…).
  • La mise en page en pdf se fait automatiquement selon vos désirs (livre, rapport, article, mémoire,
  • tufte).
  • Et beaucoup d'autres choses.

Pour donner un exemple de module amusant, il existe un mode machine à écrire qui fait le bruit d'une machine électro-mécanique et empêche de revenir en arrière pour corriger. Je connais des auteurs qui aiment utiliser des vieilles machines à écrire car le son stimule leur rythme d'écriture.

Bien sûr, il existe un revers de médaille, la configuration de ces couteaux suisses de l'écriture est parfois longue et complexe. C'est ici que Movoscope vous accompagne.

Nous fournissons de l'aide à la configuration et de la formation à l'utilisation. N'oubliez pas que cet investissement initial sera largement compensé par le nombre de textes que vous aurez à produire dans toute votre vie.

Demandez une session de présentation d'Emacs pour les écrivains et nous serons ravis de vous en montrer les possibilités.

Références


  1. https://www.emacswiki.org/emacs/CoffeeMode [return]